La canne à sucre est l’ingrédient de base du rhum et du sucre de canne. Avant de rentrer dans les détails de la fabrication du rhum, il est important de connaître la plante qui est à la base de tout.

La canne à sucre peut s’assimiler à un roseau tropical et sucré.

Le véritable nom de la canne à sucre est Saccharum officinarum. En réalité, le terme « canne à sucre » désigne un ensemble d’espèces de plantes de la famille des Poaceae et du genre Saccharum.

Elle appartient (de loin) à la même famille que le maïs ou le blé.

C’est un fait peu connu mais la canne à sucre est la plante la plus cultivée au monde. Elle représente près de 23% de la masse totale produite en agriculture dans le monde.
Entre 60% et 70% de la production mondiale de sucre est issue de la canne à sucre. Ce sucre est extrait du broyat de la plante.

La canne à sucre n’existe plus réellement à l’état sauvage. Les cannes cultivées aujourd’hui sont issues de nombreuses années de sélection variétales. A cela viennent s’ajouter croisements, bouturages et clonages. En Martinique, cette sélection est effectuée par le Centre Technique  de la Canne et du Sucre de Martinique.

Cycle de culture

La canne est une plante pluriannuelle, caractérisée par deux cycles :

  • Un cycle annuel, ou cycle de récolte, allant de la plantation ou de la coupe précédente à la coupe suivante, qui dure normalement douze mois en Martinique.
  • Un cycle total, ou cycle de culture, allant d’une plantation à la plantation suivante, qui peut durer de quatre à plus de dix ans, suivant la vigueur des repousses, et donc du lieu, de la variété et de l’entretien. Les modes et les conditions de récolte conditionnent également fortement la durée du cycle total.Selon le Centre Technique  de la Canne et du Sucre de Martinique la moyenne locale (donc en Martinique) se situe entre cinq et huit ans de récoltes successives, au bout desquelles une baisse de rentabilité s’observe (baisse de production ou augmentation des coûts d’entretien), ce qui conduit à la replantation.

Le cycle annuel peut être résumé comme suit :

  • La canne est multipliée par bouturage. A partir des yeux des boutures (plants constitués par des segments de tiges de 1 m) mises en terre, vont se développer des tiges primaires qui donneront des tiges secondaires, puis tertiaires…, jusqu’à la couverture totale du sol. A cette phase de tallage, étalée sur les trois à quatre premiers mois de la culture, succède la phase de croissance où les besoins en humidité, chaleur et lumière sont importants.
  • La floraison, quand elle survient (suivant les conditions climatiques, l’âge de la canne et la variété) peut précéder de un à plusieurs mois la maturation.
  • A partir du neuvième ou du dixième mois, (pour les cannes récoltées à 12 mois), commence la phase de maturation, qui se traduit par l’accumulation de saccharose dans les tiges, sous l’influence combinée d’une sécheresse et d’un froid relatifs.
  • A la phase de maturation, succède la récolte. La période de récolte qui constitue la campagne sucrière, dure 3 à 4 mois en Martinique, entre Février et Juin. Elle débute pendant la saison sèche et fraîche, et se termine avec l’arrivée de la saison des pluies. C’est à cette époque que la canne est riche en sucre.
  • Après la coupe, un nouveau cycle annuel redémarre : tallage, croissance, maturation, puis récolte.
Source : BARON H., CARRIEL J.C., MARIE-SAINE E., EUGENIE E., ABATUCI A., 1994. Le manuel du planteur de canne à sucre. CTCS-Martinique, Lamentin, 103 p.

Cycle annuel et cycle total de la canne à sucre

Décomposition du cycle de culture annuel de la canne à sucre

Ces dernières années la canne à sucre a été très médiatisée car elle est utilisée en masse pour produire du BioEthanol qui est lui-même utilisé comme carburant « vert » dans de nombreux pays.

On peut envisager la culture de la canne à sucre en métropole mais uniquement dans une véranda ou la chaleur et la lumière sera suffisante. Toutefois n’espérez pas en tirez une grande quantité de sucre.